Aide et Espoir pour le Monde Tibétain

Accueil > Faire connaissance avec le Tibet > Le bouddhisme
Le bouddhisme

Toutes les versions de cet article :

Le bouddhisme est une religion pratiquée par 300 millions de personnes, en Asie (Inde, Chine, Tibet, Japon, Corée, Vietnam, Thaïlande, Corée, Sri Lanka, Cambodge, Laos) mais aussi en Europe, aux Etats Unis et en Afrique.
Le bouddhisme est fondé sur les enseignements du Prince Gautama, Bouddha, ou Bouddha Sakyamuni, qui a vécu il y a environ 2500 ans dans le nord de l’Inde.
Les bouddhistes ont en commun avec les hindous les concepts de réincarnation, de karma et la non-violence. Ils ne cherchent pas non plus à imposer leur conception aux autres cultures.

Voir en ligne : Pour en savoir plus sur le bouddhisme

Origine

Philosophie pour les uns, religion pour les autres, le bouddhisme est pour tous ses adeptes, la voie de la sagesse. Il s’agit d’un ensemble de philosophies laïques et religieuses dont le fondateur fut Bouddha.

JPEG - 25 ko
Bouddha

Fondé en Inde du Nord au VIe siècle avant J.C, le bouddhisme est une des grandes religions du monde. La doctrine de Bouddha s’articule autour du thème de la souffrance et des moyens de s’en affranchir. Après avoir été diffusé en Inde durant plusieurs siècles, cette religion a éveillé l’Extrême Orient à une philosophie religieuse et à une éthique originale.

Le Bouddha n’a laissé aucun écrit. Retransmises oralement par ses fidèles, ses paroles furent réunies dans des textes sacrés.

La doctrine

La doctrine du Bouddha repose sur l’idée que la souffrance est inséparable de l’existence. Le bouddhisme affirme que le savoir et la morale permettent d’entrer dans un état de pureté absolue : le nirvana.

Le Bouddhisme prône quatre vérités :
- La douleur est la compagne de la vie : tout être meurt pour renaître dans un autre corps. Ce cycle est régi par le karma.
- La douleur naît de la soif de vivre : les désirs et les passions sont autant de sources qui alimentent la convoitise et la jalousie.
- Si l’on éteint les désirs, on annihile la souffrance.
- La quatrième vérité est la morale du bouddhisme. Il s’agit de la "voie des huit vertus". Elle recommande la méditation pure, le savoir, la vérité et le bien. Elle conduit au nirvana.

Les trois écoles du bouddhisme
- Le Hinayana ou Theravada, ou petit véhicule, celui que l’on emprunte pour accéder au nirvana. Cette obédience ne reconnaît pas au Bouddha une nature divine et réserve la voie du nirvana aux seuls religieux armés d’une morale stricte.
- Le Mahayana, ou grand véhicule. Comme le Bouddha, les adeptes de cette école renoncent temporairement (ou définitivement) à entrer au nirvana pour aider les autres hommes à connaître l’illumination. Cette religion prévoit le salut pour tous.
- Le Vajrayâna, est le véhicule de la Foudre et du Diamant. Il est surtout répandu au Tibet. Ce véhicule associe des éléments de tradition du yoga indien et de la pensée bouddhique du Mahayâna.

Le bouddhisme tibétain

JPEG - 50.9 ko
Tibétaine en prière

Le bouddhisme tibétain est né au 7ème siècle. C’est une forme spécifique de bouddhisme, basée sur des restes de la religion précédente, le bön (constitué de pratiques chamaniques) et sur le Vajrayana, importé de l’Inde, fondé sur des textes ésotériques, les tantra, et qui fait appel aux mudras (gestes symboliques), aux mantras (formules sacrées, récitées ou activées par la rotation des moulins à prières où elles sont gravées) et aux mandalas (diagrammes cosmiques).

JPEG - 78.9 ko
Elaboration d’un mandala

Aujourd’hui trois grandes écoles se distinguent dans le bouddhisme tibétain : les Gelugpa, les Sakyapa et les Kagyupa.
- L’école des Gelugpa, ou école des Vertueux a été fondée par Tsongkhapa (1357-1419) au XVème siècle et appelée par les chinois « école des bonnets jaunes » du fait de la couleur jaune des coiffes de ses membres. C’est l’école à laquelle appartient le Dalaï Lama, école qui suit avec rigueur les règles monastiques.
- L’école des Sakyapa est appelée par les chinois l’ « école des bonnets rouges » , également en raison de la couleur des coiffes de ses adeptes. Cette école fut créée vers le début du XI ème siècle, avec la venue au Tibet d’adeptes du tantrisme indien qui s’installèrent dans un grand nombre de monastères tibétains.
- L’école des Kagyu, "l’école de la transmission orale". Le premier maître de cette école, Marpa, n’en fut pas le fondateur, ni même son célèbre élève Milarépa, mais un des disciples de Milarépa.

Chef politique et spirituel du peuple tibétain, le Dalaï Lama, "océan de sagesse" est selon la religion bouddhique l’incarnation du Bodhisattva : une personne qui est arrivée au seuil de l’Eveil, mais renonce au Nirvana dans le seul but d’aider tous les êtres à sortir du cycle des existences. Il est l’archétype de la compassion.

Tenzin Gatsyo, de son vrai nom Lhamo Dondump, est actuellement le quatorzième Dalaï Lama. Il est déclaré Dalaï Lama à l’âge de trois ans.

JPEG - 24.7 ko
Dharma et 2 biches, symbole du bouddhisme tibétain

Les pratiques

La méditation, la récitation de prières et les offrandes sont les concepts clés du bouddhisme. La plupart des bouddhistes sont végétariens car ils sont motivés par le souci de ne pas faire souffrir, ni de tuer.
Les adeptes qui désirent entrer dans la vie monastique sont consacrés par une double ordination. Le novice, âgé d’au moins 16 ans s’engage à respecter dix interdits : ne pas tuer, ni voler, ni forniquer, ni mentir, ni ingurgiter des boissons fortes, ni manger aux heures interdites, ni danser et chanter, ni s’embellir, ni utiliser un lit ou un siège confortable, ni recevoir de l’or ou de l’argent. Au terme d’une instruction plus ou moins longue, le novice subit une seconde ordination après avoir passé un examen. Néanmoins, il est libre de partir quand il le souhaite.

JPEG - 30.5 ko
Lampe à beurre

Lexique

- Bols chantants : Actionnés par les mains, ls produisent des sons et des vibrations qui favorisent la concentration. Pour en savoir plus...
- Chorten (ou stupa) : Dans la tradition indienne, ces monuments servaient à abriter les reliques des Bouddhas et des grands maîtres. Plus tard, ils sont devenus aussi des monuments votifs similaires aux calvaires chrétiens.

JPEG - 44.5 ko
Chorten à Choglamsar


- Drapeaux de prières : Ils sont de deux sortes :

  • les loungta « chevaux de vent » : guirlandes de petits rectangles de tissu imprimés de différents mantras ou de prières. Ils sont souvent de cinq couleurs : blanc, jaune, vert, rouge et bleu. Ils sont considérés comme des porte-bonheur possédant la capacité d’écarter les difficultés. Leur nom vient du cheval imprimé sur la plupart d’entre eux, cheval représenté portant les Trois Joyaux : le Bouddha, le Dharma (la doctrine) et la Sangha (la communauté des disciples).
    JPEG - 64.5 ko
    Drapeaux de prière
  • les darchok, longues bannières de tissu accrochées à des mâts de trois à cinq mètres de haut.
    Le vent qui souffle caresse au passage les formules sacrées imprimées et les disperse ainsi dans l’espace.

- Karma : Notre expérience actuelle est le produit de nos actes et intentions passés, et les conditions futures dépendent de ce que nous faisons aujourd’hui.
- Mala : Objet usuel utilisé pour la récitation des mantras, le mala est tenu de la main gauche en l’égrénant vers soi, ce qui symbolise que l’on tire les êtres hors de la souffrance. Il est composé de 108 graines.
- Mani Korlo : le moulin à prières
Il en existe de plusieurs types :

  • les petits, que l’on fait tourner à la main assis ou en marchant ;
  • les grands moulins, sur des axes fixes, souvent disposés en rangées le long d’un mur ou d’un chemin, et que l’on actionne à la main en passant ;
  • les moulins mesurant jusqu’à deux mètres de haut, dotés de poignets permettant de les actionner. _Le moulin est formé d’un cylindre contenant des feuilles de papier ou des pièces de tissu imprimées de mantras et enroulées autour de l’axe du moulin. _La mise en rotation du moulin équivaut à faire circuler l’énergie des mantras qu’il contient, dans l’idée de faire profiter tous les êtres de leur action bénéfique.

- Nirvana signifie "Extinction". Il implique l’expérience de la délivrance des renaissances et le passage à une toute autre condition d’existence.
- Sutra : Ensemble des enseignements ésotériques du Bouddha. Les sutras sont les discours du Bouddha sur l’entraînement spirituel et la méditation.
- Tantra : Enseignements du Bouddha ne s’adressant qu’à des auditeurs capables d’atteindre une connaissance particulièrement approfondie. Seuls les principaux textes de base sont appelés tantra, mais il existe de nombreux travaux du même genre que l’on peut qualifier de tantriques.
- Mantras : Incantations spécifiques à chaque principe d’éveil que le pratiquant autorisé répète.

JPEG - 60.5 ko
Tibétains en prière

Article inspiré notamment de www.linternaute.com/savoir/religion/bouddhisme.shtml


Aide et Espoir pour le Monde Tibétain | Les parrainages | Les actions de développement en Inde | Les activités de soutien à la cause tibétaine | Agenda | Faire connaissance avec le Tibet | Actualités sélectionnées par l’AEMT |
Plan du site | Contact |SPIP |